Dimanche 16 février 2020

Réunion d’adoration (extraits)

Hymnes et cantiques 176

Dans l’humilité profonde,
Suivant ton obscur chemin,
Tu fus méprisé du monde,
Toi qui lui tendais la main ;
Toi, dont l’amour secourable,
Compatissant et parfait,
Sur l’humanité coupable
Versa bienfait sur bienfait.

Oh ! quels trésors il nous ouvre,
Ton cœur plein de charité !
Dieu lui-même n’y découvre
Que lumière et sainteté ;
Et nous, comblés de tes grâces,
Enfants de Dieu par la foi,
Nous pouvons suivre tes traces
Dans le même amour que toi.

Sous l’opprobre et l’amertume,
Et l’angoisse et le labeur,
Si notre chair se consume,
Que ton exemple, ô Sauveur,
Chaque jour nous encourage,
Malgré notre infirmité,
À reproduire l’image
De ta sainte humanité !

Ah ! bientôt nous prendrons place
Au grand banquet du Saint Lieu,
Où les tiens verront ta face,
Adorable Agneau de Dieu !
Vêtus de magnificence,
À ta gloire associés,
Jésus, de ta ressemblance
Nous serons rassasiés.

Hymnes et cantiques 34, strophes 2 et 4

Oui, Seigneur ! nous venons en ta sainte présence
Savourer les douceurs de ta communion ;
Et pourtant, ici-bas, nous sentons ton absence…
En attendant le jour de la réunion.

En attendant, Seigneur, nous prenons sur la terre
Ce repas que, pour nous, prépara ton amour,
Et nous y proclamons ta grâce salutaire,
Tes souffrances, ta mort et ton prochain retour.

Hymnes et cantiques 50, strophes 2 et 3

Il est notre vie éternelle.
Oh ! quel amour !
Célébrons son œuvre immortelle.
Oh ! quel amour !
Par son sang notre âme est lavée :
Au désert il l’avait trouvée,
Et dans sa grâce il l’a sauvée.
Oh ! quel amour !

Il s’est offert en sacrifice.
Oh ! quel amour !
Nous bénir est tout son délice.
Oh ! quel amour !
Qu’à sa voix notre âme attentive,
Toujours en paix, jamais craintive,
Près de son cœur doucement vive
Dans son amour !

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.